Programme, conditions d’admission,

contrat de formation, tarifs…

(ci-dessous)

ECOLE DES REBOUTEUX


Remettez les os

Décoincez les nerfs

Dénouez les muscles

Déparasitez les ligaments

Crochetez les tendons

& Reboutez les organes !

Programme


Malgré l’avancée des thérapies manuelles occidentales, seule une petite moitié des techniques rebouteuses a été reprise. Ce constat est étonnant vu l’efficacité des tournemains délaissés !


Les tournemains rebouteux surpassent largement les massages thérapeutiques occidentaux ou asiatiques proposés aux professionnels de la santé, en formation initiale comme en post-gradué. Les manipulations délaissées se révèlent souvent plus simples à apprendre, efficaces là où l’ostéopathe pêche par excès de précision, et bien plus sûres que les manœuvres chiropratiques. L’abord viscéral est respectueux, profond, direct, et apprécié des patients qui ressentent bien ce qui se passe.


Cet héritage est précieux, et les vieux rebouteux meurent sans trouver à qui et surtout comment l’enseigner. A l’Institut Supérieur de Reboutement, vous aurez chaque jour 2 maîtres rebouteux rompus à le transmettre.


A chaque rencontre nous étudions une région du corps, généralement les muscles, les os et articulations le samedi, et les organes atenants le dimanche.

Le programme est défini et cyclique (voir à la page Dates). L’apprenti est prié de réviser avant le stage l’anatomie de la région abordée s’il ne la connait pas bien. Nous abordons lors du bilan les tests mettant en évidence la (les) cause(s) des blocages, douleurs et autres symptômes, puis nous nous exerçons aux traitements correspondants, qu’ils soient musculaires, articulaires ou viscéraux. Les interactions constantes entre les muscles, l’ossature, les nerfs et les organes sont vues, touchées et rééquilibrées.

Ainsi, les 3 matières fondamentales en reboutement sont enseignées parallèlement :


MASSAGE REBOUTEUX

REBOUTAGE ARTICULAIRE

REBOUTEMENT VISCERAL

Exemple :

  1. -Une sciatique peut être due à un déséquilibre du bassin ou un blocage lombaire, qui peut être lui-même la conséquence de diverses tensions musculaires, ligamentaires, organiques ou encore d’un surmenage affectant le système nerveux ou épuisant la zone.


Apprentissage des tournemains rebouteux :


  1. touchers rebouteux diagnostics

  2. déparasitages ligamentaires et frictions locales

  3. renouages vertébraux et costaux

  4. rhabillages des articulations périphériques

  5. garbures et grignages

  6. labourages et sang noir

  7. dénouages et ponçages

  8. crochetages (locaux, en ligne symptomatique ou causale)

  9. cabestans (étirements rebouteux)

  10. lignes de feu (méridiens rebouteux), technique des gouttières et frictions distales

  11. tournemains fasciaux et cutanés (délardages, découennages)

  12. tournemains réflexes (technique de la pièce, de l’ongle…)

  13. tournemains nerveux (dépiquages : nerf sciatique, crural, médian…)

  14. brisement des calcifications


Manipulations classiques mais aussi typiquement rebouteuses de toutes les articulations :


  1. dégrippages

  2. débroussaillages

  3. boutages

  4. manipulations frappées

  5. nous verrons comment remettre/débloquer :   

       - le bassin (sacrum, iliaque, pubis, coccyx)

       - le dos (lombaires, dorsales et côtes, cervicales)

       - la tête

       - les jambes (hanche, genou, cheville, pied)

       - les bras (épaule, coude, poignet, main)

  1. indications, contre-indications, concepts manipulatoires erronés

  2. bilans articulaires, causes et conséquences

  3. entorses, blocages, faux mouvements, subluxations, décalages spontanés ou traumatiques

  4. adaptations au sol, dans la cuisine aussi bien que dans la nature.

Le rebouteux abouti n’est nullement dépendant d’une table de traitement pour clouer un péroné, dévisser la pierre du g’noil, remettre un sacrum traumatique, frapper un iliaque sur les cordages, débroussailler un talon, dégripper une vertèbre ou une cheville, fouetter un pied ou un poignet, briser une épine, exécuter le fameux « bras électrique », la « prise de l’ours » ou la « calinette » dorsale, la « porte cochère » de l’épaule ou la « manivelle » du coude…


Au fil des stages, vous apprendrez à soigner : lumbago, lombalgies, névralgie intercostale, dorsalgies, torticolis, cervicalgies, déséquilibres du bassin, blocages, entorses, arthroses, douleurs ligamentaires, musculaires, claquages, élongations, tendinites rotuliennes, de l’épaule, du coude, d’Achille, capsulite, sciatiques, cruralgie, méralgie paresthésiante, névralgie pudendale, plexus brachial, névralgies cervico-brachiales, canal carpien, épine calcanéenne, fasciite plantaire, mais aussi bien des troubles digestifs, urinaires, gynécologiques, respiratoires, ORL, cardiaques, des troubles du sommeil, le stress, le surmenage mental, les diminutions de performances intellectuelles, les migraines, les céphalées de tension, les dépressions, certaines fatigues, et d’autres choses encore…!

Conditions d’admission

Les pré-requis sont :


  1. -être motivé et prêt à travailler (les cours sont denses ; les apprentis nous le répètent)

  2. -connaître l’anatomie ou l’apprendre en amont des cours (peu importe si vous êtes diplômés ou autodidactes. Vous devez pouvoir nommer sur votre corps ce que vous touchez. Suivez des cours d’anatomie descriptive du système locomoteur et d’anatomie palpatoire si nécessaire, dans des écoles de massage ou de naturopathie.)

  3. -posséder au moins un outil de thérapie manuelle ou de massage, même intuitif. Vous devez avoir l’habitude de toucher le corps, ne plus avoir de crainte à le faire.

  4. -avoir déjà au moins 5 ou 6 personnes / patients par semaine à soigner (pas juste à masser pour la détente) pour pouvoir mettre en pratique, sans quoi vous ne pourrez assimiler l’ensemble des techniques abordées en cours, et en serez frustrés.


Si vous manquez de personnes à soigner, c’est peut-être que vos bases sont insuffisantes ou tout simplement que vous n’avez pas concrétisé les circonstances propices. Vous devez avoir un espace dévolu à votre pratique, et du temps disponible dans votre agenda. Vous pouvez aussi suivre un cours de massage professionnel et si ce n’est déjà fait un cours d’initiation au reboutement. Il en existe plusieurs… Je vous laisse chercher. Si malgré tout cela vous n’atteignez pas 5 patients / semaine de moyenne, je doute que vous soyez dans votre élément.


Donc, les participants sont en principe des passionnés qui « ont la fibre » ou des thérapeutes professionnels exerçant en indépendant (ou tout au moins dans un cadre où les expérimentations rebouteuses pourront se faire). Tout ça pour dire que nous acceptons avec joie les personnes non professionnelles qui ont le reboutement « dans le sang », qui sentent naturellement et massent ou remettent intuitivement. Ceux-là apprennent plus vite que les autres, même s’ils n’ont pas de diplômes académiques.

L’apprentissage rebouteux, un contrat mutuel

Attention : Ce paragraphe constitue le contrat de formation & le réglement intérieur auxquels vous vous engagez en vous inscrivant.

La formation «Ecole des Rebouteux» est un apprentissage traditionnel de maître à apprenti, adapté au monde moderne, et non une relation commerciale où le client est roi.


Dans le cadre des cours, le maître transmet son savoir-faire à l’apprenti, sans rétention.

Il transmet uniquement ce qui fonctionne, fruit de son expérience et de celle de ses maîtres.

Il décide de l’ordre dans lequel il doit le faire, tout en entendant les demandes de l’apprenti.

Il met l’accent sur l’efficacité réelle plutôt que sur des théories conceptuelles.

Il privilégie sécurité et respect du patient aux gestes manipulatoires dangereux flattant l’ego.

Il encourage l’apprenti à trouver sa voie, l’aide à ressentir son propre style.

En dehors des attestations de formation continue, il ne délivre pas de diplôme.

Il fait savoir à l’apprenti s’il considère que celui-ci n’est pas dans son élément.

Il fait savoir à l’apprenti lorsqu’il a atteint les compétences d’un rebouteux recommandable, et met alors fin à son statut d’apprenti.


L’apprenti atteste répondre aux conditions d’admission (paragraphe ci-dessus).

Il s’engage à être présent de manière assidue, et à payer son écolage à temps.

Il travaille régulièrement ses cours, et révise l’anatomie en amont si nécessaire.

Il prend soin de son partenaire de travail, et partage équitablement le temps de pratique.

Il s’engage à respecter le matériel mis à sa disposition, et à le rembourser s’il le casse, notamment à payer la somme forfaitaire de 100€ s’il est la 3e personne à s’assoir sur une table de traitement (elles sont construites pour supporter 2 personnes max.) et que celle-ci cède !

Il est autorisé à photographier ou filmer les techniques démontrées pour son apprentissage personnel uniquement.

Il ose appliquer ce qu’il a appris sans attendre de « maîtriser », tout en respectant les règles générales d’innocuité et de bon sens.

Il s’abstient de divulguer tout savoir-faire rebouteux avant d’être lui-même rebouteux accompli.

La plupart des apprentis arrivent au terme de leur formation en 2 ans.

S’il en ressent le besoin, l’apprenti peut continuer par un nouveau cycle, pour se parfaire, combler ses lacunes, avoir la sensation d’en avoir fait le tour, ou jusqu’à ce qu’on lui signale qu’il a atteint toutes les compétences d’un bon rebouteux.

Il est libre de quitter l’école à la fin de chaque année académique en l’annonçant simplement, au plus tard lors du dernier cours de l’année, sans avoir à se justifier.

Les cours manqués ne seront pas remboursés. Si seul un week-end était manqué, par le fait d’une situation exceptionnelle et involontaire, ce cours pourra être suivi sans frais supplémentaires quand il sera reconduit 2 ans plus tard (mais uniquement dans la mesure où il serait reconduit, car on ne peut toujours présumer de quoi l’avenir sera fait !). Dans la pratique, la plupart des apprentis parviennent à rattraper leur retard avec leurs collègues, et grâce aux temps de révision et de perfectionnement au fil de l’année.

Si l’apprenti abandonne son cursus en cours d’année, il est conscient que son écolage annuel reste dû, et s’engage, de par son inscription, à l’honorer.


Le maître se réserve le droit de refuser/cesser d’enseigner l’apprenti qui manquerait à ses responsabilités malgré avertissement (manque de travail flagrant, irrespect répété des autres, comportements déplacés, absences répétées, non-paiement, divulgation non-autorisée sur internet ou prématurée à des tiers). L’apprenti serait alors congédié, sans être dispensé de payer son dû annuel. Notez que ce cas de figure ne s’est encore jamais produit depuis la fondation de l’ISR en 2002 !

Tarifs, dates & lieu

Dates des cours ?

Lieu des cours : St Genis-Pouilly (Genève aéroport)


Tarifs :


Modalités de paiement possibles (chèques, preuve de virement ou espèces) :


  1. -paiement par stage : 380€ ou 420CHF. Ce tarif est inchangé depuis plusieurs années. Total annuel = 7 x 380€ ou 420CHF = 2660€ ou 2940CHF. Les 7 chèques de l’année sont donnés lors de l’inscription, mais datés du jour de chaque stage (du jour de l’inscription pour le 1er, du jour du 1er stage pour le 2e, etc…).

  2. -paiement annuel (7 stages) en 1x à l’inscription : 2480€ ou 2720CHF.


Ces tarifs comprennent les week-ends de formation (samedi et dimanche de 9 h à 17 h).

Les repas de midi, non inclus, seront pris dans le restaurant de l’hôtel, ou ceux des allentours, à votre libre convenance.

INSTITUT SUPERIEUR DE REBOUTEMENT

Ecole des Guérisseurs

Ecole des Rebouteux

Institut Supérieur de Reboutement



Genève - Savoie - Jura

( à la frontière France / Suisse )


Formateurs :

George Bergoz

Maître Rebouteux


Gaël Couturier

Maître Rebouteux


Dates & lieux des cours ?

Pré-requis nécessaires ?

Comment m’inscrire ?